Evénements à venir

mar 02.05.2017 | 12h00 Repas du mardi
mer 03.05.2017 | 09h00 Café de l'amitié et du parta...
mer 03.05.2017 | 09h30 Réunion de prière
mer 03.05.2017 | 09h30 Réunion de prière

Afficher tous les événements à venir...
Vous êtes ici:   AccueilEdmond Bille

Edmond Bille (1878-1959)

Imprimer

Edmond BilleFamille

Edmond Bille naît le 24 janvier 1878 à Valangin (canton de Neuchâtel, CH).

Il passe une partie de son enfance à Dombresson, avant de s’inscrire à 16 ans à l’école des Beaux-arts de Genève (1895-1897), où il est l’élève doué de Menn, Bodmer et Hugues Bovy.

 

Formation

Il perfectionne sa formation artistique à Paris, notamment à l'Ecole nationale des arts décoratifs et à l'Académie Julian.

En 1899, il travaille à Neuchâtel dans l'atelier du peintre Heaton.

C’est cette année-là, à 21 ans, que son destin va basculer avec la découverte du village de Chandolin, dans le Val d’Anniviers: grand admirateur d'Hodler et de Segantini, il sera d'abord peintre de chevalet et chantre du Valais central, qu'il représentera avec ses gens et ses paysages, de la plaine à la haute montagne.

 

Carrière

En 1901, Edmond Bille est reçu membre de la Société des peintres, sculpteurs et architectes suisses (SPSAS).

 

Dès 1904, le Valais devient son pays d’élection alors qu'il épouse Elisa Mayor de Clarens. L'artiste se construit une somptueuse demeure (un atelier-château) à Sierre où il sera conseiller communal, ainsi qu’un chalet à Chandolin.

 

En 1911, sa femme décède. Il se remarie en 1912 avec Catherine Tapparel dont il a trois enfants.

 

Pendant la Première Guerre Mondiale, notre artiste produit une grande activité. Il s’engage civiquement à travers des publications critiques sur la politique suisse.

 

Par exemple il publie Au pays de Tells, un volume de dessins satiriques (1915); puis il lance avec d'autres une revue satirique et pacifiste, l'Arbalète (1916-1917).

 

Dans sa résidence sierroise, il reçoit même des personnalités françaises opposées à la guerre.

 

Gravure et vitrail

De 1935 à 1942, il réside au Portugal.

Durant cette période de l’entre-deux-guerres, Edmond Bille met son activité de peintre de chevalet en veilleuse, se lançant dans la technique de la gravure et s’adonnant à la pratique du vitrail.

 

En verrier de talent, il réalise plus de cent cinquante vitraux de Lausanne à Fully.

A Lausanne, par exemple, il crée les vitraux du déambulatoire de la cathédrale.

 

A l'âge de 71 ans, Bille réalise dans le temple de Saint-Blaise six vitraux lors de la deuxième restauration du bâtiment en 1949. Ces vitraux sont remarquables et ennoblissent le temple autant par leur élévation religieuse que par leur qualité artistique.

 

Télécharger le PDF présentation complète des vitraux du Temple de St-Blaise (120 pages)

 

A cette époque, son œuvre de peintre est exposée dans les plus importantes expositions de son temps, aussi bien dans les grands rendez-vous internationaux (Pittsburgh, Venise, Munich) que nationaux.

 

Renommée

Enfin, Edmond Bille décède à Sierre le 8 mars 1959, à l'âge de 81 ans.

Du vitrail au timbre-poste, d’innombrables créations graphiques ont fait de lui un représentant majeur de l’art décoratif suisse et de la scène culturelle suisse romande dans la première moitié du 20e siècle.

 

Sa dimension universelle se voit à son pedigree: il est peintre de genre et paysagiste; il utilise diverses techniques telles que la gouache, l'aquarelle, la mosaïque et la gravure; faiseur d'estampes, affichiste et illustrateur (Ramuz, Gonzague de Reynold); verrier (vitraux et décors monumentaux à Sierre, Martigny, Fully, Chamoson, Saint-Maurice, Lausanne, Saint-Blaise), art-décorateur (art décoratif), critique d'art (parfois sous le pseudonyme de Pierre Bertol); politicien radical puis socialiste en Valais; écrivain - il écrit six ouvrages autobiographiques dont un roman; journaliste, il tient des chroniques dans la presse et prend part aux débats sur le pacifisme (revue L'Arbalète) et sur la modernité.

 

Edmond Bille a participé à plus de 250 expositions au cours de sa vie et continue encore d'être exposé aujourd'hui. 

 

 

| + -